Education Images/UIG via Getty Images

L’avenir de la pisciculture

NEW HAVEN – La demande de produits de la mer s’accroît rapidement, et continuera d’augmenter tout au long du siècle. La seule façon d’y répondre est l’aquaculture. Pourtant, si les prochaines générations d’exploitations aquacoles seront plus écologiquement responsables que celles qui les ont précédées, elles utiliseront aussi beaucoup plus d’énergie. Si cette énergie supplémentaire n’est ni propre ni bon marché, alors les nouvelles technologies aquacoles ne pourront contribuer à la réussite de nos autres objectifs en matière environnementale et climatique.

D’une certaine façon, l’augmentation de la demande de produits de la mer est une bonne chose. Le poisson est bien plus profitable d’un point de vue énergétique que le porc ou le bœuf, car il nécessite moins d’apports pour la même quantité de protéines. Dès lors que la consommation mondiale de viande continue d’augmenter, il apparaît sensé de recourir à la mer pour en produire une partie plus importante.

D’un autre côté, l’accroissement de la demande de produits de la mer fait courir des risques écologiques non négligeables. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), presque un tiers des stocks mondiaux de poisson sont déjà exploités à un niveau insoutenable, puisque les populations sauvages ne peuvent se régénérer suffisamment vite pour suivre le rythme auquel elles sont pêchées. Ainsi, comme il n’a pas la capacité naturelle de répondre à la demande, il faut élever plus de poisson. 

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/eb8jRzp/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.