Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

diwan16_EBRAHIM HAMIDAFPGetty Images_sudan Ebrahim Hamid/AFP/Getty Images

Le Soudan parviendra-t-il à la démocratie ?

KHARTOUM – Le 8 septembre, le premier gouvernement civil que le Soudan ait connu depuis trente ans a été investi. Conduit par le Premier ministre Abdallah Hamdok et composé de techniciens, il aura en charge la supervision de l’accord de partage du pouvoir conclu le mois dernier entre l’armée nationale et le mouvement démocratique. La question se pose désormais des capacités qu’auront les différentes factions au sein de l’armée, mais aussi l’opposition islamiste et les différents groupes rebelles, d’empêcher la transition démocratique que doivent entériner les élections prévues en 2022.

Hormis la Tunisie, le Soudan est le seul pays arabe qui fasse aujourd’hui de réels progrès vers la démocratie. La révolution soudanaise, lancée en décembre 2018, restera dans l’histoire pour la persévérance de ces partisans, pour leur courage et leur organisation. Alerté par le fiasco égyptien – la rébellion s’étant soldée au Caire par le retour d’un despotisme plus sévère encore –, le mouvement démocratique soudanais souhaitait voir l’armée abandonner le pouvoir et entendait disposer d’un temps suffisant pour organiser la transition. Aux termes de l’accord de partage du pouvoir, il a dû en rabattre sur son premier objectif et l’armée participera au pouvoir durant la première phase de la transition, avant que les civils ne prennent la relève.

Depuis la formation du nouveau gouvernement, la capitale, Khartoum, est en effervescence. Les ministres dévoilent leurs mesures, les diplomates étrangers font leur arrivée, la retransmission des matches de football à la télévision a fait place à des débats politiques, les discussions avec les rebelles ont commencé et les partis islamistes, qui formaient l’un des principaux soutiens de l’ancien régime, ont été interdits et réduits à la clandestinité. Tandis que les groupes de la société civile et les généraux rivalisent pour obtenir les faveurs de l’opinion, la tristement célèbre Force de soutien rapide (Rapid Support Forces – RSF) elle-même tente d’améliorer son image.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/gBXDJiGfr;
  1. pisaniferry106_Mark WilsonGetty Images_phase one agreement trump china  Mark Wilson/Getty Images

    Explaining the Triumph of Trump’s Economic Recklessness

    Jean Pisani-Ferry

    The Trump administration’s economic policy is a strange cocktail: one part populist trade protectionism and industrial interventionism; one part classic Republican tax cuts skewed to the rich and industry-friendly deregulation; and one part Keynesian fiscal and monetary stimulus. But it's the Keynesian part that delivers the kick.

    4
  2. yu49_ShengJiapengChinaNewsServiceVCGviaGettyImages_G20trumpjinpingshakehands Sheng Jiapeng/China News Service/VCG via Getty Images

    PS Say More: Keyu Jin

    Keyu Jin assesses the “phase one” US-China trade deal, questions whether the US can ever accept China’s development model, and highlights a key difference in how the Hong Kong protests are viewed inside and outside China.
    0