Les emplois peu qualifiés doivent être subventionnés

On ne l'a peut-être pas réalisé sur le moment, mais la récente vague de protestation anti-CPE (le contrat qui aurait donné davantage de liberté aux employeurs pour licencier les jeunes employés) qui a déferlé récemment sur la France a eu une conséquence heureuse. Pour désamorcer la crise, le président Chirac a fait machine arrière et il a proposé de remplacer ce contrat par une subvention à l'embauche pour réduire le chômage des jeunes. L'Allemagne envisage d'adopter une mesure du même genre.

Pour les défenseurs d'une plus grande flexibilité du marché du travail, subventionner les patrons pour qu'ils embauchent des jeunes est une erreur. Ils estiment que si les employeurs peuvent licencier plus facilement, ils embaucheront plus facilement. Mais ce point de vue ne prend pas en compte le fait qu'un marché du travail déréglementé ne supprimera pas le chômage et ne transformera pas les travailleurs sans qualification et sans grande efficacité en salariés hautement productifs et bien payés. Si les propositions de subvention à l'embauche en France et en Allemagne ont un défaut, ce n'est pas d'être inutiles, mais de ne pas aller assez loin.

Dans les économies développées du monde occidental, beaucoup de gens dans toutes les tranches d'âge n'ont pas de véritable emploi. Aux USA, le salaire des travailleurs les moins qualifiés est si faible que même s'ils n'en sont pas réduits à la misère, il leur est psychologiquement difficile de conserver longtemps un emploi. Parfois, ils sont tellement démoralisés ou préoccupés par leur situation qu'ils deviennent inemployables et dans certains pays on ne les embauche même pas, car le salaire minimum les rend trop chers pour des employeurs qui veulent respecter la légalité. En Europe, ils sont exclus de l'emploi en raison d'accords sur l'emploi et parfois en raison du salaire minimum. Dans les deux cas, ces travailleurs sont exclus de l'emploi et de l'occasion d'épanouissement personnel que le travail procure généralement.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/njGEUoI/fr;
  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.