Mining machines operate in Germany Maja Hitij/Getty Images

Les limites de la tarification du carbone

LONDRES – En 2004, les ménages allemands ayant installé des systèmes d'énergie solaire sur leur toit ont perçu un tarif garanti de 0,57 euros (0,68 dollar) par kilowattheure (kWh) produit. Au Mexique la semaine dernière, une grande vente aux enchères d'énergie a été remportée par une offre de tarif de 0,0177 dollar par kWh. Même en comparant des projets de taille similaire, les coûts de l'énergie solaire ont diminué de 90 % en dix ans. Des améliorations dans la technologie photovoltaïque rendent de nouvelles réductions inévitables : d'ici cinq ans, sur certains sites prometteurs, nous allons bénéficier d'un prix de 0,01 $ par kWh.

The Year Ahead 2018

The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

Order now

Cette étonnante réussite a été motivée par d'énormes investissements du secteur privé et par des innovations de pointe. Mais cela n'aurait jamais été possible sans un fort soutien de la politique publique.

La recherche subventionnée pas des fonds publics a assuré des percées scientifiques fondamentales et les importantes subventions initiales, en Allemagne puis dans d'autres pays, ont permis à l'industrie d'atteindre l'échelle critique. L'énergie solaire coûte à présent moins cher que le charbon dans de nombreux pays, parce que les subventions publiques initiales ont enclenché un cycle d'auto-renforcement de passage à l'échelle supérieure, d'apprentissage continu et de baisse des prix.

Tous les économistes qui acceptent la réalité scientifique du changement climatique soutiennent les interventions politiquent visant à répondre aux « externalités » - ces coûts que les pollueurs imposent aux autres mais ne paient pas. Mais de nombreux économistes de l'économie de marché sont par nature méfiants quand il s'agit de soutenir directement des investissements spécifiques. Ils préfèrent plutôt rappeler la solution de marché pure et simple : un prix du carbone fixé soit par la fiscalité, soit par la concurrence pour des permis dans un système d'échange de quotas. La tarification du carbone, dit-on, évite les dangers de choisir des gagnants, déclenche une recherche axée sur le marché pour la meilleure réponse technologique et veille à la réduction des émissions au moindre coût.

Mais les prix explicites du carbone n'ont joué presque aucun rôle dans la réduction des coûts de l'énergie solaire, ni non plus dans l'effort de faire diminuer de manière spectaculaire le coût de l'énergie éolienne et des batteries. Dans le monde réel, l'aide aux investissements directs peut parfois être plus efficace que des prix du carbone théoriquement attrayants.

L'électricité faible en carbone (issue soit d'énergies renouvelables soit du nucléaire),  implique des investissements en capital initial très élevés, mais proches de zéro frais de fonctionnement marginaux. En conséquence, son économie est fortement influencée par le coût du capital (le taux de rendement nécessaire), qui reflète l'évaluation des risques. Un soutien direct pour le déploiement initial (à prix garantis pour l'électricité fournie), réduit le risque et réduit donc les rendements exigés.

En revanche, la tarification du carbone à elle seule n'a pas les mêmes effets. Avec les prix du carbone comme seul instrument de politique, l'évaluation des risques des investissements dans les énergies renouvelables devrait refléter les prévisions très incertaines des combustibles fossiles et les prix marginaux de l'électricité à très long terme. En conséquence, le coût du capital est plus élevé, alors que le rythme de déploiement et la réduction des coûts sont bien plus lents.

Les contrats à prix fixe pour certains services sont une politique plus efficace pour stimuler les investissements dans les énergies renouvelables, par rapport aux prix du carbone. Les ventes aux enchères pour ces contrats doivent rester une caractéristique clé des marchés des énergies renouvelables, même à présent que les prix fixés lors de ventes aux enchères sont souvent inférieurs aux coûts futurs probables de la production électrique à base de combustibles fossiles.

Une règlementation simple est parfois plus efficace que des instruments fondés sur les prix. La chute des prix des lampes LED (également en baisse de plus de 90 % au cours des dix dernières années), reflète l'effet des interdictions pures et simples sur les lampes à incandescence inefficaces, les politiques d'approvisionnement public - et en Inde, le rôle du secteur public comme acheteur en gros et distributeur à bas prix.

En théorie économique, les achats de lampes par les ménages reflètent les calculs de la valeur nette actualisée de la durée de vie des lampes et des coûts de l'électricité pour d'autres types de lampes, qui pourraient être influencés par des taxes sur les lampes incandescentes, ou par les prix du carbone sur l'électricité. Mais les êtres humains normaux, contrairement aux économistes, ne font pas des calculs de ce genre. Dans le monde réel, une réglementation directe peut conduire à des investissements technologiques et à la réduction des coûts mieux que la tarification.

Tout comme pour les dangers à essayer mais à échouer dans « le choix des gagnants », nous devons distinguer entre ce qui est incertain et ce qui est clair. Il est vrai que nous ne pouvons pas connaître précisément la combinaison de technologies et d'investissements qui permettra de réaliser une économie pauvre en carbone au moindre coût. Mais nous savons en outre qu'il n'existe pas de voie praticable vers la prospérité sans une rapide décarbonisation de l'électricité, suivie d'une électrification d'une aussi grande part de l'économie qu'il sera possible de mettre en œuvre.

Les politiques qui soutiennent directement la production d'électricité à faible émission de carbone sont donc clairement justifiées. Il en va de même des dépenses publiques de recherche qui soutiennent de nouveaux progrès dans la technologie des batteries.

Cela dit, les prix du carbone ont encore un rôle essentiel à jouer et leur importance va probablement augmenter au fil du temps. Dans la production d'électricité, l'objectif est clair - moins d'émissions de carbone par kilowatt produit - et il est certain qu'une certaine combinaison d'un nombre relativement restreint de technologies connues peut résoudre le problème.

Mais dans l'acier, dans le ciment et dans la production de plastique, les chemins vers la décarbonisation sont moins clairs, peuvent différer selon les endroits et peuvent impliquer des combinaisons complexes de différentes techniques. Un prix élevé et en hausse du carbone est donc essentiel pour déclencher une recherche de solutions optimales axées sur le marché.

Les prix du carbone sont également essentiels, parce que les mêmes progrès technologiques qui entrainent la baisse rapide du coût des énergies renouvelables rendent également possible une diminution considérable des coûts de production des combustibles fossiles, en particulier dans le secteur du schiste. Dans un monde où les prix de l'énergie vont probablement connaître une baisse globale, une tarification du carbone est essentielle pour s'assurer que la voie praticable vers un avenir à faibles émissions de carbone à bas prix ne soit pas entravée par la baisse des prix des combustibles fossiles. Une hausse des prix de l'énergie à base de carbone serait également utile pour renforcer les incitations à l'efficacité énergétique, pour réduire le danger « d'effets de rebond », par lesquels la baisse des coûts de l'énergie augmente la consommation d'énergie.

Les instruments de tarification sont donc une partie vitale de l'armurerie politique. Mais l'effondrement des prix de l'énergie solaire, éolienne, des batteries et des LED montrent que d'autres instruments sont également nécessaires et sont dans certains cas plus efficaces.

http://prosyn.org/Bt0gEJb/fr;

Handpicked to read next

  1. Patrick Kovarik/Getty Images

    The Summit of Climate Hopes

    Presidents, prime ministers, and policymakers gather in Paris today for the One Planet Summit. But with no senior US representative attending, is the 2015 Paris climate agreement still viable?

  2. Trump greets his supporters The Washington Post/Getty Images

    Populist Plutocracy and the Future of America

    • In the first year of his presidency, Donald Trump has consistently sold out the blue-collar, socially conservative whites who brought him to power, while pursuing policies to enrich his fellow plutocrats. 

    • Sooner or later, Trump's core supporters will wake up to this fact, so it is worth asking how far he might go to keep them on his side.
  3. Agents are bidding on at the auction of Leonardo da Vinci's 'Salvator Mundi' Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images

    The Man Who Didn’t Save the World

    A Saudi prince has been revealed to be the buyer of Leonardo da Vinci's "Salvator Mundi," for which he spent $450.3 million. Had he given the money to the poor, as the subject of the painting instructed another rich man, he could have restored eyesight to nine million people, or enabled 13 million families to grow 50% more food.

  4.  An inside view of the 'AknRobotics' Anadolu Agency/Getty Images

    Two Myths About Automation

    While many people believe that technological progress and job destruction are accelerating dramatically, there is no evidence of either trend. In reality, total factor productivity, the best summary measure of the pace of technical change, has been stagnating since 2005 in the US and across the advanced-country world.

  5. A student shows a combo pictures of three dictators, Austrian born Hitler, Castro and Stalin with Viktor Orban Attila Kisbenedek/Getty Images

    The Hungarian Government’s Failed Campaign of Lies

    The Hungarian government has released the results of its "national consultation" on what it calls the "Soros Plan" to flood the country with Muslim migrants and refugees. But no such plan exists, only a taxpayer-funded propaganda campaign to help a corrupt administration deflect attention from its failure to fulfill Hungarians’ aspirations.

  6. Project Syndicate

    DEBATE: Should the Eurozone Impose Fiscal Union?

    French President Emmanuel Macron wants European leaders to appoint a eurozone finance minister as a way to ensure the single currency's long-term viability. But would it work, and, more fundamentally, is it necessary?

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now