Skip to main content

Strive Masiyiwa, Africa’s Farms, agricultural-policies,  economic growth needs investments to occur. Marwa Morgan/flickr

L’avenir de l’agriculture en Afrique

HARARE – Lancer une entreprise peut être une tâche ardue, surtout en Afrique où des gouvernances faibles et un accès irrégulier aux ressources essentielles peuvent limiter les chances de succès. Pour les agriculteurs africains, les défis sont particulièrement imposants. Compte tenu des énormes avantages économiques et sociaux présentés par un secteur agricole moderne et dynamique, fournir aux agriculteurs les incitations, les investissements et les réglementations dont ils ont besoin doit devenir une priorité.

Le récent essor du secteur des télécommunications en Afrique – qui a révolutionné des industries entières, sans même parler de la vie quotidienne des Africains – démontre l’efficacité d’une telle approche. Le continent compte aujourd’hui plus d’un demi milliard de connexions mobiles ; en fait, sous bien des aspects, l’Afrique est le chef de file mondial de la croissance et de l’innovation de la téléphonie mobile.

Pourquoi l’Afrique n’a-t-elle pas été en mesure de dupliquer cette croissance dans le secteur agricole ? Pourquoi a-t-elle une facture annuelle de 35 milliards de dollars en importations de denrées alimentaires au lieu de récoltes abondantes ? Selon le dernier rapport annuel de Africa Progress Panel, Agriculture, Pêche et Capitaux – Comment financer les révolutions verte et bleue de l’Afrique, le problème est simple : les chances ne sont pas du côté des agriculteurs.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/Q9W3fLv/fr;
  1. sinn88_Sean GallupGetty Images_mario draghi ecb Sean Gallup/Getty Images

    The ECB’s Beggar-thy-Trump Strategy

    Hans-Werner Sinn

    The European Central Bank's decision to cut interest rates still further and launch another round of quantitative easing raises serious concerns about its internal decision-making process. The ECB is pursuing an exchange-rate policy in all but name, thus putting Europe on a collision course with the Trump administration.

    1

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions