Somali girls wait in line to receive a hot meal at a food distribution point in Somalia's capital Mogadishu ROBERTO SCHMIDT/AFP/Getty Images

Le réseau social de la sécurité alimentaire

MINNEAPOLIS – En 2015, lorsque les Objectifs de Développement Durable de l'ONU ont été officiellement adoptés, le compte à rebours pour un objectif ambitieux a commencé : mettre fin à la faim dans le monde d'ici 2030. À l'époque, cet objectif paraissait réalisable : au cours des 15 années précédentes, le nombre de personnes sous-alimentées sur la planète avait été réduit de moitié, une réussite stupéfiante attribuée en grande partie aux investissements internationaux dans les infrastructures agricoles et économiques.

Puis le monde a eu faim à nouveau : en 2016, le nombre de personnes sous-alimentées a augmenté à 815 millions, contre 777 millions l'année précédente. Que s'est-il passé ?

Une partie de la réponse est aussi vieille que la civilisation elle-même : sécheresses, inondations, conflits et déplacement ont nui aux récoltes et ont affaibli la production. Mais un facteur plus intangible reste non moins important : de nombreux réseaux sur lesquels comptent traditionnellement les agriculteurs pour faire face à ces catastrophes ont été perdus ou dégradés.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/fsJUG0n/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.