S’en tenir à la Résolution

MELBOURNE – L’intervention militaire internationale en Libye n’est pas une campagne de bombardements pour la démocratie ou pour avoir la tête du Colonel Mouammar Kadhafi – encore moins pour préserver les prix du pétrole au plus bas ou les profits au plus haut. Juridiquement, moralement, politiquement, et militairement, elle n’a qu’une seule justification : protéger les Libyens du genre de mal meurtrier que Kadhafi a infligé à des manifestants désarmés il y a quatre semaines ; a continué d’infliger à ceux qui s’opposent à lui dans les zones contrôlées par ses forces ; et a promis d’infliger à ses opposants à Bengazi et dans d’autres territoires tenus par les insurgés.

Lorsque ce travail sera effectué, le travail de l’armée sera terminé. Il incombera alors aux seuls Libyens de réaliser le changement de régime.

Il ne devrait pas être nécessaire de reformuler et de rediscuter ces éléments de base. Mais c’est pourtant le cas. Malgré les meilleurs efforts du président américain Barack Obama, du Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, et d’autres qui sont restés admirablement déterminés et consistants, d’autres voix plus confuses – en provenance de la droite, de la gauche, et de ceux qui sont tout simplement troublés – attisent désormais l’intérêt des médias et commencent à noyer, ou du moins à brouiller, le message initial.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/CXKxZA8/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.