0

Maintenons le cap en Corée du Nord

NEW YORK – L'élection de Barack Obama est historique à maints égards. Entre aujourd'hui et son investiture du 20 janvier prochain, le nouveau président américain devra aiguiser ses politiques.

Dans un premier temps, le gouvernement Obama se concentrera certainement sur l'économie et sur la guerre en Irak. Il sera tout aussi important d’accorder une grande attention dès le début à d'autres questions de politique étrangère. Les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord, de même que les pourparlers à six figurent indéniablement en tête de liste. En l'occurrence, les États-Unis doivent finir la course, en s'appuyant sur les efforts de ces dernières années.

Les risques de changement de cap ne peuvent être exagérés. Peu après le début du mandat de George W. Bush, le gouvernement américain a adopté une position radicale contre le régime nord-coréen, exigeant de revoir la politique du gouvernement Clinton et finalement d'ajouter la Corée du Nord à la liste des pays de « l’axe du mal ». Alors que la Corée du Nord s'est efforcée de s’assurer un oeil plus critique les années précédentes, rétrospectivement, ces politiques ont fait reculer les perspectives de paix et de stabilité dans la région.

Après tout, en réaction aux politiques du gouvernement Bush, la Corée du Nord a abandonné le traité de non-prolifération nucléaire, repris son programme nucléaire et développé sa production d'armement. En fait, il semblerait que durant cette période la Corée du Nord ait même augmenté ses réserves d'armes nucléaires. De plus, s'il y a de nombreux reproches à faire des deux côtés, on ne peut nier que le changement politique des Etats-Unis a freiné les progrès des relations entre les six pays concernés durant des années.