État de l'art ou art de l'État ?

Septembre est traditionnellement le mois où les orchestres et les compagnies des opéras quittent les festivals d'Aix, Salzburg, Tanglewood et de nombreux autres pour rentrer chez eux. Cette rentrée est aussi marquée (des deux côtés de l'Atlantique) par le retour des inquiétudes sur les moyens de financement de la musique classique.

La vie symphonique américaine est eurocentriste sous presque tous ses aspects, sauf pour son financement. Alors que les Américains dépendent des dons privés déductibles des impôts et des recettes pour financer les spectacles de musique classique, les Européens préfèrent un soutien gouvernemental direct.

Ironie du sort, alors que les défenseurs des arts aux États-Unis demandent depuis longtemps l'adoption du “modèle européen”, qui a produit une vie artistique riche et variée, l'Europe se voit forcée de changer de cap et d'orienter son système de soutien vers une plus grande dépendance vis-à-vis de l'argent privé et des recettes.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/mZTsVsc/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.