Staline et la mémoire

« Notre devoir envers l'histoire, c'est de la réécrire » disait Oscar Wilde. Je suis Russe et habituée à la réécriture de l'histoire. L'Union Soviétique a passé cent ans à retoucher les verrues sur le nez de Lénine, à réviser les statistiques de production agricole et à donner à un Youri Andropov mourant l'air moins cadavérique. En ce qui concerne Staline, dont c'est le

cinquantième anniversaire de la mort aujourd'hui, la plupart d'entre nous réécrit l'histoire aujourd'hui en prétendant qu'une large partie ne s'est jamais produite.

Ne vous méprenez pas : Staline n'a pas disparu comme ceux qu'on envoya au goulag. Il n'a pas été effacé de nos mémoires comme Trotski et Boukharine furent effacés des photos officielles.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/j2hm6v0/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.