Il est temps de stabiliser la corne de l’Afrique

STRASBOURG, FRANCE – Il serait peut-être temps que le monde admette que l’Etat somalien a échoué, après vingt années de troubles et de guerres civiles, au point d’être aujourd’hui dans une voie sans issue.

Une partie du pays répond pourtant à au moins un des critères élémentaires nécessaires à une bonne gouvernance. Tout au nord du pays, le Somaliland, stratégiquement situé au bord de la mer Rouge avec environ 3,5 millions des 10 millions d’habitants qui peuplent la Somalie, jouit d’un statut plus ou moins autonome et d’une certaine stabilité. Certains craignent que cette stabilité ne donne des idées d’indépendance au peuple du Somaliland et que ce dernier ne réveille la déclaration d’indépendance adoptée en 1991.

Le Somaliland a déjà organisé deux élections présidentielles par le passé, à chaque fois dans un contexte ouvert et compétitif. Les troisièmes doivent se tenir fin septembre. Et contrairement à de nombreux pays émergeants, des observateurs étrangers seront invités à les suivre. Malheureusement, la plupart des nations et des agences occidentales ne s’y rendront pas par crainte que leur présence ne légitime de facto le gouvernement du Somaliland.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/cZHTMX5/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.