Les tribunaux sud-africains en danger

PRETORIA - Les tribunaux d'Afrique du Sud peuvent être impressionnants - comme l'a récemment prouvé le juge Hans Fabricius de la Haute Cour de Pretoria, dans sa décision selon laquelle les procureurs du pays doivent agir contre les tortionnaires connus du Zimbabwe. Mais ces mêmes tribunaux sont sous la menace d'une procédure de nomination dans laquelle la politique et l'apathie déterminent de plus en plus ceux qui y siègent.

Ce problème est particulièrement évident dans la lutte pour préparer une courte liste de bons candidats pour un poste vacant à la Cour Constitutionnelle - un poste considéré autrefois comme l'un des meilleurs de la profession juridique sud-africaine. Il est difficile de trouver des juges qualifiés et une fois trouvés, ils refusent fréquemment d'être candidats.

Le problème reflète en partie un manque de consensus au sujet des critères qu'un candidat judiciaire doit remplir. En outre, le Congrès National Africain (ANC), le parti majoritaire, exerce une influence sur la Commission de Service Judiciaire (JSC), l'organe constitutionnel responsable de recommander des candidats à la nomination au président de l'Afrique du Sud. Il s’ensuit que la JSC est en danger de désintégration.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/nZayrxO/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.