A recently poached rhino carcass The Times/Getty Images

Le paradoxe des rhinocéros en Afrique du Sud

JOHANNESBURG – Plus tôt cette année, le tribunal constitutionnel de l’Afrique du Sud a renversé le moratoire de 2009 sur le commerce de cornes de rhinocéros. Ce fut un dur coup porté aux groupes de conservation de la faune, qui avait salué une mesure qui s’alignait sur celle de l’Afrique du Sud concernant l’interdiction mondiale de vente en vigueur depuis 1977.

Mais pendant que les effets de la décision du tribunal se font sentir, les éleveurs commerciaux et les groupes de défense des animaux sont confrontés à une question cruciale : la création d’un marché légal pour des cornes prélevées sur des élevages de rhinocéros pourrait-elle enrayer l’épidémie de braconnage qui fauche la vie de 1 500 rhinocéros sauvages annuellement ?

Pour le secteur de l’élevage de rhinocéros de l’Afrique du Sud, la décision du tribunal était un moment décisif. John Hume, l’éleveur de rhinocéros le plus prospère au pays, a organisé en août le premier encan électronique de cornes. Comme il l’écrit sur le site Web de l’encan, il fait valoir que « la demande pour les cornes de rhinocéros est élevée et que le libre commerce a le potentiel de satisfaire la demande afin d’éliminer le braconnage des rhinocéros ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/SH9EytE/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.