Strike in South Africa MARCO LONGARI/AFP/Getty Images

Un New Deal pour l’Afrique du Sud

CAPE TOWN – Un mois s’est écoulé depuis que Cyril Ramaphosa, après avoir pris la direction du Congrès national africain (ANC), a remplacé Jacob Zuma à la présidence de l’Afrique du Sud. Ancien protégé de Nelson Mandela, Ramaphosa redonne espoir au pays par sa compétence et ses engagements en faveur de la transparence. C’est la seule raison pour laquelle les Sud-Africains peuvent se montrer optimistes.

Mais si l’Afrique du Sud emprunte une voie qui n’est plus guère fréquentée – rejetant le populisme et l’autoritarisme –, le pays n’en est pas moins face à des choix cruciaux. Le départ de Zuma n’a rien fait pour mettre fin aux déséquilibres qui minent l’économie. Pour que l’Afrique du Sud puisse réellement tourner la page, les inégalités doivent être réduites ; les citoyens de ce pays doivent croire en la possibilité d’un avenir meilleur.

En Afrique du Sud, la pauvreté, les inégalités et l’appartenance ethnique se recoupent, aux dépens d’une majorité des 57 millions d’habitants que compte le pays. Avec un revenu par habitant de 13 000 dollars l’année dernière (mesuré à parité de pouvoir d’achat), l’Afrique du Sud est un pays à revenu intermédiaire, comparable au Brésil, au Mexique, ou à la Thaïlande. Mais ce chiffre global masque un niveau d’inégalités particulièrement creusé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/uazmXq5/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.