0

Socialisme ou division mondiale ?

Pour la première fois dans notre histoire, nous possédons le savoir, la technologie et la richesse nécessaires à la conception d’un monde différent. Nous avons les moyens de « renvoyer la pauvreté dans les oubliettes de l’histoire » (Make Poverty History).

Bien que nous ayons le pouvoir de changer le monde, nous ne prenons pas les mesures qui s’imposent. En 2000, de nombreux gouvernements dans le monde ont adopté sous l’égide des Nations unies les objectifs du Millénaire pour le développement, qui visent à réduire de moitié la pauvreté en l’an 2015. La communauté internationale n’affiche cependant pas la volonté politique nécessaire pour répondre à ces responsabilités de base envers l’humanité, ce qui entraîne une perte de confiance dans le politique dans les populations. Si nous n’agissons pas, nos citoyens vont perdre espoir dans le pouvoir de la démocratie et se réfugier dans l’extrémisme, le fondamentalisme et la violence.

Pour restaurer la confiance des peuples non seulement en la politique mais aussi en leurs propres potentiels, nos politiques doivent garantir une gouvernance responsable et des institutions oeuvrant de manière responsable dans l’intérêt des citoyens. L’Internationale socialiste, la plus grande organisation politique au monde, peut, de ce fait, unir les citoyens du monde autour d’un nouveau programme mondial destiné à réaliser ces objectifs.

Notre premier défi sera de démocratiser la mondialisation. Nous devons redéfinir la mondialisation depuis la base et inclure les deux tiers de l’humanité qui sont actuellement exclus du processus, en des termes qui reflètent les principes socialistes de l’inclusion, de la diversité culturelle et du développement durable.