13

Une politique budgétaire prospective pour les États-Unis

NEW YORK – Les candidats républicains en lice dans la campagne présidentielle américaine ont enfin commencé à se concentrer sur l'économie. Cette discussion ne pouvait pas être plus importante, à l'heure d'une anxiété croissante chez les électeurs à revenus moyens touchés par les inégalités des richesses et d'une prise de conscience de plus en plus aigüe de la précarité de la Sécurité sociale et de l'assurance de santé Medicare. Malheureusement, on n'accorde pas suffisamment d'attention au lien entre ces deux questions cruciales.

En fait, la lutte contre les problèmes de la Sécurité sociale et de l'assurance de santé Medicare est cruciale pour résoudre les problèmes qui affectent la classe moyenne. Mais les progressistes de la politique budgétaire, en particulier, se focalisent sur l'utilisation de taux d'imposition plus élevés sur les riches pour financer des revenus plus élevés pour tout le monde.

La redistribution des revenus peut être une idée intéressante pour certains (y compris dans une moindre mesure pour les Républicains qui en soutiennent une version édulcorée, où des taux marginaux d'imposition relativement élevés soutiennent une aide à la famille élargie), mais c'est un miroir aux alouettes. Comme le montre une étude récente de la Brookings Institution, des taux marginaux d'imposition plus élevés n'ont pas beaucoup d'effet sur la diminution des inégalités de revenus aux États-Unis.

De même une augmentation des impôts ne peut pas résoudre le problème posé par l'augmentation du passif non capitalisé de la Sécurité sociale et de l'assurance de santé Medicare. Le maintien de ces programmes sous leur forme actuelle exige d'augmenter les impôts sur les revenus moyens (ce qui est néfaste pour la croissance américaine), mais également de continuer à réduire les fonds publics pour la défense, l'éducation et la recherche.