ratti13_ROSLAN RAHMANAFP via Getty Images_singaporeautonomouscar Roslan Rahman/AFP via Getty Images

Singapour donne le ton en matière de mobilité

BOSTON – Tiziano Terzani n'a pas été conquis par Singapour. L'écrivain et journaliste florentin a exploré tous les coins de l'Asie. Il fut témoin de la prise de Saïgon par l'Armée populaire du Vietnam et du Viet-Cong, puis de la chute de Phnom Penh aux mains des Khmers rouges. Lorsqu'il se rendit à Singapour, il en conclut que tout ce que cette ville avait de bon se résumait à son aéroport : « la concentration de tout ce que Singapour a à offrir : son efficacité, sa propreté, son ordre ». À défaut, cette riche ville-État n'était rien d'autre que « le plus grand supermarché de biens de consommation, de futilité et de prétention en Asie ».

Le jugement de Terzani comporte une certaine vérité, mais il est loin d'être le dernier mot en la matière. La méticulosité de Singapour va bien plus loin que l'amélioration de la gestion de son aéroport : elle permet également de mettre des idées en pratique à une vitesse étonnante. En conséquence, Singapour est devenu un laboratoire vivant dans le champ d'application de l'innovation urbaine.

J'ai été moi-même témoin de ce processus. En 2013, à l'approche du 50e anniversaire de l'indépendance de Singapour, le directeur des pouvoirs publics de la ville a sollicité mes services lorsqu'il s'est demandé quelles étapes historiques ou quelles expériences devaient être mises au premier plan des commémorations. Peut-être, ai-je suggéré, Singapour devait se concentrer non pas sur le passé, mais sur l'avenir, par exemple en stimulant l'innovation dans un secteur dans lequel cette ville a toujours excellé : la mobilité.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/m5GzSQZfr