La victoire à la Pyrrhus d’Erdoğan

ISTANBUL – Malgré la position difficile dans laquelle ils se trouvent, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan et son Parti de la justice et du développement (AKP) sont sortis vainqueurs des élections municipales de la fin mars. Le triomphe électoral de l’AKP ne devrait pourtant pas résoudre les conflits internes en Turquie, et encore moins rétablir son prestige au plan international.

Le scrutin municipal a rapidement pris des allures de référendum pour Erdoğan. L’AKP a remporté 44 pour cent des suffrages et contrôle à présent 49 des 81 municipalités de la Turquie, dont Istanbul et la capitale, Ankara. La principale formation de l’opposition, le Parti républicain du peuple (CHP) du centre-gauche, a remporté 26 pour cent des voix et 13 municipalités.

Ce résultat pourrait être perçu comme la validation de la stratégie d’Erdoğan, qui a recours à la polarisation politique pour consolider sa base et s’opposer à la menace que font peser sur son contrôle du pouvoir les partisans de son ancien allié, le prédicateur islamiste Fethullah Gülen, qui vit aujourd’hui aux Etats-Unis. La confrérie Gülen, avec l’appui initial de l’AKP, a progressivement infiltré les institutions turques, en particulier l’appareil judiciaire et les forces de police, jusqu’au moment où leur alliance a volé en éclats à cause des différends liés au partage du pouvoir en Turquie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/Yi71LNt/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.