1

Un traitement psychédélique de la dépression ?

ZURICH – Selon l'OMS, 350 millions de personnes à travers le monde souffrent de dépression, ce qui en fait l'un des troubles psychiques les plus répandus. Or les médicaments antidépresseurs ne sont efficaces que sur la moitié des sujets, et encore faut-il attendre plusieurs semaines, parfois des mois, avant qu'ils n'agissent - un lapse de temps beaucoup trop long pour des personnes susceptibles de se suicider. On a donc besoin de toute urgence de trouver des antidépresseurs d'action rapide.

La kétamine - un médicament qui sert essentiellement d'anesthésique en médecine vétérinaire et d'anesthésique et d'analgésique de courte durée dans les hôpitaux lors d'interventions chirurgicales ou de gestes médicaux douloureux - est actuellement une étoile montante dans les recherches sur la dépression. Elle semble apaiser les symptômes les plus sévères dans les heures ou les minutes qui suivent son administration, même chez les patients pour lesquels les autres traitements ont échoué.

Erdogan

Whither Turkey?

Sinan Ülgen engages the views of Carl Bildt, Dani Rodrik, Marietje Schaake, and others on the future of one of the world’s most strategically important countries in the aftermath of July’s failed coup.

A l'issue de la première étude de contrôle, les chercheurs ont observé une diminution de 50% des symptômes de dépression dans les deux heures suivant l'administration de kétamine, et au bout d'une journée les symptômes ont pratiquement disparu chez un tiers des patients. Et plusieurs de ces derniers ont indiqué une baisse des idées suicidaires 40 minutes seulement après avoir reçu une injection intraveineuse de kétamine. Chez certains, l'effet d'une dose unique a duré plus d'une semaine.

Les cliniciens ne sont pas les seuls à étudier le potentiel thérapeutique de la kétamine. Les neurobiologistes la considère la première avancée importante dans la recherche d'antidépresseurs depuis 50 ans. Contrairement aux antidépresseurs conventionnels qui augmentent la concentration en neurotransmetteurs (la sérotonine, la dopamine et la noradrénaline), elle agit sur le systéme glutamique. Le glutamate, le principal neurotransmetteur excitateur du cerveau, joue un rôle central de médiateur dans presque toutes les fonctions du cerveau, notamment l'apprentissage, la mémorisation, la connaissance et les émotions.

En empêchant le glutamate de se lier aux récepteurs NMDA, la kétamine provoque une augmentation de la libération de glutamate, ce qui active d'autres types de récepteurs du glutamate et améliore la fonction et la densité des synapses (qui relient les neurones) dans des zones du cerveau où les cellules sont atrophiées en raison du stress ou d'une dépression. Une plus grande plasticité synaptique (la capacité de réorganisation des synapses, essentielle au bon fonctionnement du cerveau) pourrait être la cause neurobiologique de l'efficacité  thérapeutique de la kétamine.

Si les promesses de cette molécule ont suscité l'enthousiasme des cliniciens et des neurobiologistes, elles ont aussi déclenché une controverse en raison de ses effets secondaires. Selon la dose, la kétamine peut provoquer une modification de la perception de son corps, de l'espace et du temps, une dose importante peut provoquer des hallucinations et une impression de dissolution du moi.

Curieusement, les propriétés psychoactives de la kétamine pourraient aussi être responsables de son action sur l'humeur. Les traitements psychédéliques et psycholytiques - populaires dans les années 1960 et 1970, avant que les recherches ne soient soumises à d'importantes restrictions et que l'intérêt pour l'utilisation clinique des psychédéliques ne s'estompe - étaient basés sur l'idée qu'une expérience psychologique provoquée par une drogue était essentielle pour faciliter le processus psychothérapeutique.

Selon ce point de vue, l'état de conscience modifié par la kétamine - notamment l'impression de dissolution des frontières du moi et l'expérience de fusion avec le monde - peut constituer une expérience importante et significative pour un patient. Intégrer cette expérience dans un processus psychothérapeutique pourrait faciliter des changements comportementaux. Autrement dit, combinées avec une intervention psychothérapeutique, des drogues tels que la kétamine qui accroissent rapidement la neuroplasticité pourraient être particulièrement efficaces sur le plan clinique.

Malheureusement, les recherches sur les personnes dépendantes de la kétamine et sur celles qui en prennent en grande quantité lors de "drogue-parties" montrent que son utilisation peut conduire à des problèmes d'apprentissage et de perception, ainsi que de mémorisation. Ses bénéfices pourraient également être relativement fugaces. La kétamine sous sa forme actuelle pourrait donc ne jamais devenir un traitement reconnu de la dépression.

Son avenir en tant que thérapie de la dépression est donc incertain, même si son efficacité était plus fortement établie. Etant sur le marché depuis des décennies, elle n'est pas couverte par un brevet, aussi les laboratoires pharmaceutiques ne sont-ils guère motivés pour entreprendre des recherches sur cette molécule et à obtenir son autorisation de mise sur le marché comme antidépresseur.

Support Project Syndicate’s mission

Project Syndicate needs your help to provide readers everywhere equal access to the ideas and debates shaping their lives.

Learn more

Néanmoins, les recherches sur la chimie de la kétamine pourraient aider à identifier les mécanismes basés sur la neuroplasticité que favorise le glutamate, permettant de traiter les dépressions résistantes à la plupart des médicaments. Les laboratoires pharmaceutiques ont déjà commencé à étudier d'autres antagonistes des récepteurs NMDA, ainsi que des médicaments qui agissent sur une différente partie du système glutamique comme traitement possible de la dépression. Ces recherches pourraient conduire à une classe entièrement nouvelle d'antidépresseurs - un progrès pour des millions de personnes à travers le monde.

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz