Affrontements au Tibet

Le 14 mars, le calme exceptionnel de Lhassa, ville sainte du Tibet, a été perturbé par des émeutes et des coups de feu. A l’origine des agitations dans la partie tibétaine de ce qui est désormais une ville où résident bon nombre de Chinois du groupe ethnique Han, l'étincelle trouble a jailli non loin du temple Ramoche lorsque les forces de sécurité chinoises ont tenté de mettre fin à une manifestation de moines.

Quels qu’en soient les détails, il n'aura fallu qu'une étincelle pour provoquer les plus graves troubles au Tibet depuis les émeutes de 1987/1989, peut-être même depuis la révolte tibétaine de mars 1959, qui a envoyé le dalaï-lama en exil. Pour marquer ce 49e anniversaire, le 10 mars, les moines de deux grands monastères près de Lhassa ont organisé des manifestations où les arrestations ont été nombreuses – ce qui n'a fait qu'exacerber les tensions dans la ville.

Tout en niant ce qui s'est passé par la suite, les responsables chinois ont révélé l'ampleur des dégâts : 422 magasins tenus par des Chinois partiellement ou totalement brûlés, plus de 200 millions de yuan (28 millions USD) de dommages, 325 personnes blessées et 13 tuées – toutes d’origine han. La Chine n'a pas signalé de morts parmi les manifestants tibétains : ses forces de sécurité se seraient contenues et n’auraient pas tiré une seule balle.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/njdDi7m/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.