0

Faut-il attaquer l'Iran ?

Le président Bush a déclaré qu'il était inacceptable que l'Iran acquiert l'armement nucléaire, tandis que de récents articles dans la presse laissaient entendre que son gouvernement n'exclue pas une action militaire préventive. Utilisant la question de l'armement nucléaire pour rassembler la population autour de lui, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad défie l'Union européenne et les différents pays qui font des propositions pour sortir de la crise. Est-il trop tard pour éviter une confrontation ?

L'Iran prétend que son programme nucléaire est destiné uniquement à des fins pacifiques et qu'en tant que signataire du Traité de non-prolifération nucléaire, il a le droit de procéder à l'enrichissement de l'uranium et de développer des technologies nucléaires. Mais l'Iran a passé 18 ans à tromper les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), ce qui a conduit certains pays à estimer que l'Iran a perdu ainsi toute crédibilité et que de ce fait, il ne doit pas être autorisé à procéder à l'enrichissement de l'uranium sur son propre sol.

La Russie a proposé d'enrichir l'uranium dont l'Iran a besoin et de procéder au retraitement des déchets du réacteur civil qu'elle est en train de construire dans ce pays. Si l'Iran ne s'intéresse qu'aux applications civiles du nucléaire, la proposition russe, ainsi que quelques autres (telles que l'idée de fournir à l'Iran des réserves d'uranium faiblement enrichi), répondent à ses besoins. Une grande partie de la communauté internationale pense que l'Iran veut procéder à l'enrichissement de l'uranium sur son propre territoire de manière à produire de l'uranium hautement enrichi nécessaire à la fabrication de la bombe.

Mais si l'Iran accédait à l'armement nucléaire, serait-ce si grave ? Certains observateurs estiment que cela pourrait être la base d'une politique de dissuasion nucléaire qui jouerait un rôle stabilisateur dans la région, à l'image de l'équilibre de la terreur entre les USA et l'Union soviétique durant la Guerre froide. Mais les déclarations de dirigeants iraniens niant l'Holocauste et appelant à la destruction d'Israël ont valu à l'Iran de perdre son soutien en Europe et elles ont sans doute renforcé Israël dans son refus de jouer son existence en misant sur l'équilibre de la terreur.