La paix par la séparation

MADRID – En 1996, Benyamin Netanyahou remportait les élections législatives en rassemblant de larges circonscriptions contre la campagne du Premier ministre de l’époque, Shimon Pérès, consistant à « diviser Jérusalem. » Près de vingt ans plus tard, Netanyahou demeure voué à de vieux slogans sans substance autour d’une « Jérusalem unifiée » – conception qui pourrait à nouveau faire échouer le processus de paix israélo-palestinien.

Alors que le secrétaire d’État américain John Kerry s’apprête à présenter un accord-cadre en direction d’une dernière phase des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens, la position intransigeante de Netanyahou autour d’Israël voue purement et simplement la démarche à l’échec. Dans un ultime effort d’amélioration des chances de succès de cette proposition, le président américain Barack Obama – qui depuis le début de son second mandat s’applique largement à ne pas endosser de rôle proactif dans le processus de paix – a rencontré Netanyahou à la Maison Blanche afin de l’amener à tempérer sa position.

Netanyahou ne devrait cependant pas facilement changer d’avis – d’autant plus qu’il est confronté à une pression politique certaine sur le plan intérieur. Depuis la prise de Jérusalem-Est à l’issue de la guerre des Six Jours de 1967, la classe politique du pays considère la ville comme la « capitale unifiée et éternelle » d’Israël – une conception dont ces acteurs se refusent encore et toujours à s’affranchir.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/kVNjIFF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.