4

Le grand retour du Japon

TOKYO – La visite prochaine du président américain Barack Obama à Tokyo intervient à un moment unique de l’histoire de mon pays, le Japon connaissant en effet une trajectoire de croissance nouvelle et stable, voué à tirer pleinement parti d’une position géographique privilégiée. Le Japon ne se considère plus désormais comme un pays d’ « Extrême » Orient, mais bien comme le cœur de la ceinture de feu du Pacifique, s’inscrivant au sein d’un pôle mondial de croissance qui s’étend de l’Asie du Sud-Est jusqu’à l’Inde.

Dans un avenir prévisible, il faut clairement s’attendre à ce que ce centre de croissance continue de propulser l’économie du Japon vers le haut. Les investissements directs japonais se développent par exemple au Viêtnam et en Inde, ce qui stimulera la demande en machines et équipements de production japonais.

Si nous entendons exploiter pleinement ces opportunités, le Japon devra toutefois ouvrir davantage son économie, et devenir l’un de ces États qui intègrent activement capitaux, ressources humaines et talents issus de l’étranger. Le Japon doit être capable de se développer en canalisant les forces vitales d’une Asie en pleine croissance.

Dans cette perspective, nous avons significativement accéléré le rythme des négociations relatives à un certain nombre d’accords de partenariat économique, ou APE, auprès de différents acteurs mondiaux. Ce mois-ci, le Premier ministre australien Tony Abbott et moi-même avons conclu un accord de principe autour d’un APE Japon-Australie. Viendra ensuite le Partenariat transpacifique (TPP), destiné à unir 12 États au sein de la plus importante zone commerciale de la planète.