La Promesse d’Abenomics

TOKYO – Le programme de relance économique du premier ministre japonais Shinzo Abe a conduit à une hausse de la confiance au Japon. Mais dans quelle mesure le mérite revient-il à « Abenomics » ?

De manière intéressante, un examen plus attentif des performances du Japon au cours de la dernière décennie ne suggère que peu de raisons justifiant un sentiment baissier persistant. En effet, la croissance de la production par travailleur au Japon a été très bonne depuis le début du siècle. Avec une main-d'œuvre en diminution, l'estimation standard de la production par travailleur au Japon en 2012 – c’est à dire avant Abenomics – faisait état d’une croissance de 3,08% par rapport à l’année précédente. Il s’agit d’une performance beaucoup plus robuste qu’aux Etats-Unis, où la production par travailleur a augmenté de seulement 0,37% l'an dernier, et beaucoup plus forte qu'en Allemagne, où elle a reculé de 0,25%.

Néanmoins, comme beaucoup de Japonais le pressentent à juste titre, Abenomics ne peut que contribuer au redressement du pays. Abe est en train de réaliser ce que de nombreux économistes (y compris moi) ont appelé de leurs vœux aux Etats-Unis et en Europe : un programme complet impliquant politiques monétaires, budgétaires et structurelles. Abe estime que cette approche équivaut à avoir trois flèches en main – prises isolément, chacune peut être pliée ; prises ensemble, aucune ne peut l’être.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ivkqNH1/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.