0

Le Triomphe de M. Sharon

L’attaque cérébrale qui vient de frapper Ariel Sharon, premier ministre d’Israël, a mis le monde politique israélien en ébullition une fois de plus. Du moins, à ce qu’il semble. M. Sharon était déjà considéré comme le vainqueur à coup sûr des élections prévues en mars et pour lesquelles il avait créé son propre parti politique, Kadima (En avant), et attiré d’importantes personnalités du Parti travailliste à gauche et du Likoud à droite. Son absence de la vie publique sera-t-elle aussi déstabilisatrice que de nombreux observateurs semblent le suggérer ?

Il est certain que c’est le charisme personnel de M. Sharon qui a rendu Kadima si populaire. Son passé nationaliste et conservateur lui ont assuré une certaine popularité à droite, tandis que sa nouvelle stratégie en matière de sécurité, notamment le retrait total de la bande de Gaza, lui a attiré certains soutiens à gauche. En bref, M. Sharon représentait le candidat idéal pour le centre : un leader qui réconciliait une approche de colombe avec les apparences d’un faucon.

Malgré tout, le départ imprévu de M. Sharon n’a en aucune façon renversé les bouleversements politiques et stratégiques fondamentaux qu’il a initiés. A court terme, même si Kadima rassemble moins de voix sans la présence de M. Sharon à la barre, certains électeurs seront gagnés par une certaine sympathie à l’égard du leader frappé par la maladie. En effet, les sondages montrent que le parti pourrait encore l’emporter.

En outre, Kadima présente encore un triumvirat impressionnant à sa tête. Ehoud Olmert, le premier ministre par intérim, ancien maire de Jérusalem et vétéran politique non-conformiste, est à l’origine de plusieurs des initiatives de M. Sharon. Shimon Peres, ancien premier ministre et leader du Parti travailliste, rencontre un certain succès auprès des électeurs de gauche. Shaul Moufaz, ancien ministre de la défense et chef d’état-major, est quant à lui un expert en matière de sécurité. Leurs désaccords seront plus difficiles à gérer sans la présence de M. Sharon, mais ils ont resserré les rangs et pourraient bien mener Kadima vers la victoire.