Le Triomphe de M. Sharon

L’attaque cérébrale qui vient de frapper Ariel Sharon, premier ministre d’Israël, a mis le monde politique israélien en ébullition une fois de plus. Du moins, à ce qu’il semble. M. Sharon était déjà considéré comme le vainqueur à coup sûr des élections prévues en mars et pour lesquelles il avait créé son propre parti politique, Kadima (En avant), et attiré d’importantes personnalités du Parti travailliste à gauche et du Likoud à droite. Son absence de la vie publique sera-t-elle aussi déstabilisatrice que de nombreux observateurs semblent le suggérer ?

Il est certain que c’est le charisme personnel de M. Sharon qui a rendu Kadima si populaire. Son passé nationaliste et conservateur lui ont assuré une certaine popularité à droite, tandis que sa nouvelle stratégie en matière de sécurité, notamment le retrait total de la bande de Gaza, lui a attiré certains soutiens à gauche. En bref, M. Sharon représentait le candidat idéal pour le centre : un leader qui réconciliait une approche de colombe avec les apparences d’un faucon.

Malgré tout, le départ imprévu de M. Sharon n’a en aucune façon renversé les bouleversements politiques et stratégiques fondamentaux qu’il a initiés. A court terme, même si Kadima rassemble moins de voix sans la présence de M. Sharon à la barre, certains électeurs seront gagnés par une certaine sympathie à l’égard du leader frappé par la maladie. En effet, les sondages montrent que le parti pourrait encore l’emporter.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/yLZTKKK/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.