0

De véritables négociations ou une confrontation avec l'Iran ?

Berlin – Depuis deux semaines, il semble que le régime iranien ait finalement compris que la poursuite de son programme nucléaire risquait de conduire à une confrontation militaire. Des signes venus de Téhéran, ainsi que des déclarations inédites jusqu'à présent des responsables iraniens montrent une plus grande volonté de leur part de démarrer des négociations sur leur programme nucléaire et les problèmes de sécurité de la région. La décision américaine d'envoyer le sous-secrétaire d'Etat Williams Burns rencontrer le principal négociateur iranien du nucléaire donne l'impression que ces signes ont été pris au sérieux.

Mais la récente démonstration de force iranienne avec l'essai de fusées et le rejet d'un compromis par le président Mahmoud Ahmedinejad et son ministre des Affaires étrangères montrent que les dirigeants iraniens sont divisés quant à la ligne stratégique à suivre.

Ils croient à tort que les menaces israéliennes contre leurs installations nucléaires sont liées aux difficultés intérieures du gouvernement du Premier ministre Ehud Olmert. C'est on ne peut plus inexact. Le gouvernement Olmert est effectivement en proie à de sérieuses difficultés, mais ce n'est pas pour cela que la situation entre Israël et l'Iran s'approche d'une conclusion.

Bien au contraire, il y a un consensus de l'ensemble des formations politiques israéliennes quant à la manière de faire face au possible armement nucléaire de l'Iran et à son hégémonie régionale. Ils sont tous d'avis qu'en l'absence de solution diplomatique, au moment voulu il faudra empêcher par tous les moyens l'Iran d'acquérir l'arme nucléaire. Ce point de vue est d'ailleurs partagé en privé par l'Arabie saoudite et d'autres pays arabes.