Le choix de la Serbie

Le 20 janvier, les Serbes se rendront aux urnes pour le premier tour d’une élection présidentielle qui pourrait décider de l’avenir du pays pour les décennies à venir. Alors que le gouvernement du Kosovo prend le chemin d’une déclaration d’indépendance unilatérale, les Serbes sont face à un choix difficile : garder le Kosovo et rompre vraiment les liens avec l’Union européenne, ou accepter la douloureuse réalité de l’indépendance kosovare et se lancer dans un avenir nouveau au sein de l’UE.

Le président serbe libéral pro-européen, Boris Tadic, reste favori, mais les sondages d’opinion suggèrent que son avance sur Tomislav Nikolic, de l’ultra-nationaliste Parti radical serbe, se retrouve à l’intérieur de la marge d’erreur possible.

Nikolic, dont le chef de parti, Vojislav Seselj, est actuellement jugé pour crimes de guerre à La Haye, a mené une campagne anti-occidentale, euro-sceptique et ouvertement chauvine, exploitant la question du Kosovo à tout moment et poussant Tadic et d’autres pro-européens sur la défensive. Ses arguments, qui avancent que le Kosovo doit rester un élément totalement intégré à la Serbie et que la Russie constitue un allié plus naturel (slave) pour les Serbes que la perfide Europe, trouve une forte résonance dans un pays traumatisé par son passé récent.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/fzvkMep/fr;