financial crisis bailout protestors Spencer Platt/Getty Images

Le mythe de la stagnation séculaire

NEW YORK – À la suite de la crise financière de 2008, certains économistes ont fait valoir que les États-Unis, et peut-être l'économie mondiale, souffrait de « stagnation séculaire », une idée initialement conçue à la suite de la Grande Dépression. Les économies ont toujours récupéré des ralentissements. Mais la Grande Dépression avait duré comme jamais auparavant. Beaucoup estimaient que l'économie avait récupéré uniquement grâce aux dépenses du gouvernement durant la Seconde Guerre mondiale, et beaucoup craignaient que l'économie retournerait à son marasme à la fin de la guerre.

Quelque chose s’était produit, croyait-on, qui ferait en sorte que l'économie continuerait à languir, même en présence des taux d'intérêt faibles ou nuls. Pour des raisons maintenant bien comprises, ces sombres prédictions se sont heureusement avérées fausses.

Les responsables de la gestion de la reprise de 2008 (les mêmes personnes qui étaient coupables de la sous-réglementation de l'économie durant la période précédant la crise, vers qui le président Barack Obama s’est tourné, de manière inexplicable, pour réparer ce qu'elles avaient contribué à détruire) ont trouvé l'idée de stagnation séculaire attractive, parce qu'elle explique leurs échecs dans la recherche d’une reprise rapide et robuste. Ainsi, alors que l'économie languissait, l'idée a trouvé un nouveau souffle: ne nous blâmez pas, disaient ses promoteurs, nous faisons ce que nous pouvons.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/d5GvzII/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.