Une issue pour l'Europe

CAMBRIDGE – Il semblerait que l'austérité soit passée de mode dans la zone euro, du moins pour le moment. La Commission européenne a accordé un délai supplémentaire à l'Espagne, à la France et aux Pays-Bas pour se conformer au plafond de déficit à 3% du PIB fixé par l'Union européenne. Même les hauts fonctionnaires allemands reconnaissent maintenant que quelque chose de plus que le resserrement budgétaire est nécessaire pour relancer les économies de la périphérie de la zone euro.

Selon la Commission, ce « quelque chose de plus » est une réforme structurelle : l'assouplissement des restrictions sur les licenciements et sur d'autres réglementations des marchés du travail, la libéralisation des professions protégées et la suppression des contrôles sur les marchés des biens et services.

Mais il s'agit en définitive d'une ancienne recette sous une présentation différente. Dès le début de la crise de la zone euro, la « troïka » (la Commission, le Fonds Monétaire International et la Banque Centrale Européenne) a insisté sur les réformes structurelles dans le cadre de tout programme d'aide financière. Au cours de ce processus, la Grèce, l'Espagne et les autres ont été informés de la nécessité de réformes pour stimuler la productivité et la compétitivité et pour aider à rétablir la croissance.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/CiIj16g/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.