Sauver la face, et la paix, dans le Golfe

PRINCETON – L’Occident et l’Iran jouent à un jeu dangereux. Depuis dix jours, l’Iran menace de fermer le détroit d’Ormuz. Le gouvernement iranien a également indiqué qu’il réagirait à un redéploiement d'un porte-avions américain dans le golfe Persique. Sans surprise, les Etats-Unis ont répondu que leurs navires de guerre seraient si nécessaire déployés pour préserver la liberté de circulation maritime. L’Iran a ensuite annoncé de nouvelles manœuvres navales dans ce détroit stratégique.

Dans le jeu de la « poule mouillée », deux automobiles foncent l’une vers l’autre ; soit l’un des conducteurs est une « poule mouillée » et dévie de sa course, soit les deux véhicules entrent en collision frontale. Il n’est pas acceptable que les autres gouvernements se cantonnent à une attitude de spectateurs passifs face à ce jeu qui concerne une voie vitale d’approvisionnement énergétique. Il est temps que des tierces parties interviennent pour faciliter des solutions permettant à l’Iran de sauver la face tout en l’obligeant à réduire de manière sérieuse et crédible son approvisionnement en uranium enrichi.

L’Iran prévoit, ou non, de se doter de l’arme nucléaire. Il n’en reste pas moins qu’il contrevient clairement à ses obligations, telles que définies par le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, dont l’application est garantie par l’Agence internationale de l’énergie atomique. Ses violations répétées des clauses du traité déstabilisent l’ensemble du Moyen-Orient, avec des répercussions inquiétantes pour la sécurité mondiale.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/O3FSm84/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.