0

Epargner un monde qui n’épargne pas

Dans tous les pays du monde entier, la sécurité sociale et les soins de santé représentent les problèmes économiques les plus épineux à l’heure actuelle suite à la hausse de l’indice de dépendance : la proportion des retraités par rapport aux travailleurs plus jeunes et économiquement actifs. Selon le Population Resource Center, cet indice doublera dans les régions les plus développées du monde et triplera dans les régions les moins développées d’ici 2050. Le nombre de retraités étant voué à croître dans les décennies à venir, les gouvernements auront du mal à trouver suffisamment d'argent pour répondre à leurs besoins en imposant la jeune génération.

Rien de nouveau. Mais c’est là la question : en dépit de l’immense attention portée à l’heure actuelle à la crise imminente des retraites, les taux d’épargne des foyers ont chuté dans la majorité des pays riches du monde.

Pourquoi les individus n’épargnent-ils pas davantage pour leur future retraite ? Pourquoi font-ils en fait l’opposé en économisant moins ?

Selon une récente étude menée par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les taux d’épargne des foyers ont baissé entre 1984 et 2001 en Australie, en Autriche, en Belgique, au Canada, en Finlande, en Italie, au Japon, en Corée, en Nouvelle-Zélande, au Portugal, en Espagne, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Dans certains pays, la baisse a été spectaculaire : aux Etats-Unis, pendant cette période, le taux d’épargne des foyers (exprimé en tant que part du revenu disponible) est passé de 10,6 % à 1,6 %.