osman6_ ADEM ALTANAFP via Getty Images_mbs turkey DEM ALTANAFP via Getty Images

Les aspirations de l'Arabie saoudite

LONDRES – Ces cinq dernières années, l’Arabie saoudite a décidé soit de se calquer sur les décisions des Émirats arabes unis, soit de s’abstenir sur toutes les questions stratégiques clés dans le Golfe, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Or, le royaume émerge désormais en tant qu’acteur régional de premier plan, et ce rôle doit s’accompagner d’aspirations à défendre en matière de politique étrangère.

L’Arabie saoudite s’est repliée sur elle-même durant la montée en puissance du prince héritier Mohammed ben Salmane (plus connu sous le nom de MBS), qui est désormais le dirigeant de facto du royaume. Cette période a été marquée par une importante redistribution du pouvoir au sein de la famille régnante, ainsi que dans les structures politiques et économiques du pays, ce qui a mobilisé l’énergie de toutes les principales institutions étatiques, pendant que les alliés de l’Arabie saoudite patientaient pour savoir qui prendrait le dessus.

Ce profil bas de la part du royaume durant sa réorganisation interne constituait également un choix prudent, compte tenu de l’environnement extérieur – notamment d’une pression de la part des États-Unis, principal allié du pays depuis des décennies. En janvier 2020, le président Donald Trump donne le feu vert pour un plan de paix au Moyen-Orient, impossible à accepter pour les Israéliens et les Palestiniens, sans parler de sa mise en œuvre, et demande aux alliés de l’Amérique dans le Golfe, notamment à l’Arabie saoudite, de soutenir ce plan. Certains de ces alliés feindront de s’intéresser à la proposition, et plusieurs conférences luxueuses se tiendront pour discuter du plan dans certaines capitales régionales.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/4R2f8cJfr