10

Nicolas Sarkozy ou la peur en campagne

PARIS – L’ancien président français Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il briguerait une nouvelle fois la présidence de la République en 2017. Il n’y a rien là de surprenant. Et lorsqu’il avait déclaré, après avoir perdu l’élection en 2012, face à François Hollande, candidat du parti socialiste, qu’il se retirait de la vie politique, il était difficile de le prendre au sérieux. Quoi qu’on puisse penser de Sarkozy, il faut bien convenir qu’il n’est pas le genre d’homme à rester trop longtemps éloigné des feux de l’actualité.

La vérité, c’est que Sarkozy n’a jamais réellement accepté sa défaite. Comme les Allemands après la Première Guerre mondiale, il est au contraire rongé par un désir de revanche, qui s’ajoute à son appétit pour le pouvoir, fort ancien et mal dissimulé.

Aujourd’hui, enhardi par l’impopularité de Hollande, Sarkozy semble penser que les Français sont prêts à lui offrir son grand retour. Sans plus se soucier de sa mauvaise réputation, que continuent de refléter les sondages d’opinion, il rêve de rééditer l’élection de 2007, qui le vit triompher facilement de Ségolène Royal, ancienne compagne de François Hollande.

Ces espoirs ne sont pas nécessairement infondés. Que les gens aiment ou n’aiment pas Sarkozy, le fait est que, durant le mandat de Hollande, la situation de la France s’est dégradée, sur le plan social, sur le plan économique et sur celui de la sécurité – et nombreux sont ceux qui en tiennent l’actuel président pour directement responsable.