Sarko contre Ségo

La surprise du premier tour de l'élection présidentielle française a été l'absence de surprise, si ce n'est le taux élevé de participation. Les deux principaux représentants de la droite et de la gauche donnés favoris depuis longtemps par les sondages arrivent en tête.

Le premier tour a donné quatre gagnants et un perdant incontestable. Le premier gagnant est la démocratie. Pour la première fois dans ma vie, dimanche quand je suis allé voter avec mes enfants, une cérémonie tranquille de cette religion laïque qu'est la démocratie lorsqu'elle fonctionne, j'ai dû patiemment faire la queue. Quatre-vingt-cinq pour cent des inscrits sont allés voter, le taux de participation le plus élevé pour une élection présidentielle depuis la candidature du général De Gaulle en 1965.

C'est sans doute le souvenir du premier tour de 2002, marqué par une participation faible et l'élimination de Lionel Jospin, le leader socialiste, qui explique en partie cette mobilisation. Mais aussi, avec l'émergence d'une nouvelle génération d'hommes et de femmes politiques, les Français, considérés comme cyniques à l'égard de la politique, paraissent avoir retrouvé toute leur passion en ce domaine.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/rdfHcPU/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.