0

#Espoir pour les Nigérians

ABUJA – Depuis un mois que la milice islamiste Boko Haram a enlevé plus de 200 lycéennes dans la région de Chibok dans l'État de Borno au Nigeria, les autorités ont gardé un étonnant silence. Les citoyens nigérians désemparés ont créé dans ce but sur Twitter le hashtag #BringBackOurGirls, dans l'espoir que cette simple demande pousse leur gouvernement à agir. Dans un pays où les citoyens ont peu d'options pour demander des comptes à leur gouvernement, « l'activisme hashtag » peut-il faire la différence ?

La réponse du gouvernement nigérian s'est illustrée par sa maladresse. Tout d'abord, l'armée a fait un communiqué selon lequel les lycéennes avaient été libérées, puis s'est rétractée quand ce communiqué s'est révélé faux, ce qui a contribué aggraver l'indignation de l'opinion publique. Le récit des médias a rapidement échappé au contrôle du gouvernement, qui a été contraint d'essayer de limiter les dégâts, au moment où le pays se préparait à accueillir le Forum Économique Mondial sur l'Afrique à Abuja, la capitale du Nigéria.

Bien que le gouvernement ait insisté sur le fait qu'il pouvait gérer lui-même le groupe Boko Haram, il a accepté l'aide d'autres gouvernements, notamment des États-Unis, dont l'armée a déjà envoyé des experts d'assistance technique aux forces de sécurité nigérianes. L'épouse du président Goodluck Jonathan a déclaré qu'elle souhaitait se rendre elle-même dans la forêt redoutée de Sambisa, en accusant les contestataires de la communauté de Chibok d'être affiliés au groupe Boko Haram. Et la ministre des Finances Ngozi Okonjo-Iweala, qui avait d'abord adressé des témoignages de sympathie en faveur des jeunes filles enlevées, a fini par déclarer sèchement dans une interview qu'elle était fatiguée de répondre aux questions sur cette affaire.

Il est important de signaler que ce n'est pas la première fois que Boko Haram enlève des jeunes filles ou tue des enfants. Les détails sur les meurtres de 43 élèves du Collège du gouvernement fédéral de Buni Yadi et de 78 autres au Collège agricole de Gujba ont été rendus publics. En outre, les récits de violences sexuelles à l'encontre de jeunes filles abondent. Même après le dernier enlèvement de masse, huit autres jeunes filles ont été enlevées dans la région de Gwoza de l'État de Borno, voisin de Chibok.