0

Saint Nicolas venu d’Allemagne

Au Moyen Age, un voyageur turc sillonna l’Europe centrale et septentrionale, distribuant des cadeaux aux enfants et se présentant comme la réincarnation du Saint Nicolas grec, évêque du IVe siècle. Tout comme le sapin, Sankt Niklaus devint un personnage central des Noëls allemands. Au XVIIe et XVIIIe siècle, ces traditions arrivèrent aux Etats-Unis avec des immigrants, les Pennsylvania Dutch , et de là le Père Noël acquit une renommée mondiale, ne serait que sur les bouteilles de Coca-Cola.

En 2006, Saint Nicolas est arrivé d’Allemagne avec une hotte remplie de bonnes nouvelles sur la conjoncture. L’indicateur Ifo, qui mesure le climat des affaires en Allemagne, en augmentation depuis le deuxième semestre 2005, a atteint son maximum depuis l’essor qui avait suivi la réunification. Après des années de stagnation, l’économie allemande a connu une croissance de 2,5 % en 2006. La TVA augmentera de 3 points en 2007, et la croissance économique se poursuivra sur cette lancée, à près de 2 %.

L’indicateur Ifo est calculé tous les mois en interrogeant 7 000 entreprises, essentiellement de l’industrie manufacturière allemande, sur leur situation et sur leurs perspectives pour les six prochains mois. Il existe depuis une cinquantaine d’année et, selon une enquête de Reuters, c’est l’indicateur le plus important pour le monde européen des affaires, devant les indicateurs officiels de l’UE.

Au début de l’année 2006, lorsque l’Ifo a prévu une reprise économique, alors que le Bureau fédéral des statistiques faisait état d’une faible croissance du PIB pour le trimestre, certains commentateurs se sont moqués. Par la suite, le Bureau a revu ses données à la hausse, et donc donné raison à l’Ifo.