Rohani peut-il honorer sa part du marché ?

NEW YORK – Tandis que les grandes puissances mondiales s’apprêtent à se réunir à Genève pour entamer les négociations avec l’Iran sur la question de son programme nucléaire, le monde attend de voir sur quoi débouchera la conversation téléphonique qui s’est tenue entre le président iranien Hassan Rohani et le président américain Barack Obama à l’issue de la visite de Rohani devant l’Assemblée générale des Nations Unies le mois dernier. Cette brève conversation – une première entre les présidents des deux États depuis 1979 – rappelle en un sens la dernière tentative de relance de la diplomatie bilatérale, entreprise il y a douze ans par Mohammad Khatami, alors président de l’Iran. À l’époque, comme aujourd’hui, c’est une poignée de main ratée qui a symbolisé la division persistante existant entre les deux pays.

Il y a douze ans, Khatami et son ministre des Affaires étrangères Kamal Kharrazi étaient allés faire du « shopping » plutôt que d’assister à l’événement culturel qui se tenait alors à l’Asia Society, et de risquer de croiser le chemin – et par conséquent de devoir serrer la main – de la Secrétaire d’État américaine Madeleine Albright. Cette fois-ci, bien que le chef d’État iranien se soit arrangé pour ne pas avoir à se livrer à une poignée de main présidentielle devant les Nations Unies, Rohani a prononcé un important discours auprès de l’Asia Society, dans lequel il a déclaré que son gouvernement mettrait en œuvre des politiques « de modération et de bon sens, » et entendait travailler aux côtés de l’Occident sur la résolution des questions entourant son programme nucléaire.

Il convient en outre de préciser qu’une poignée de main a bel et bien été échangée entre les ministres des affaires étrangères respectifs des deux États, à l’occasion de la tenue d’une réunion entre John Kerry et Javad Zarif, rejoints par la Haute Représentante de l’Union européenne, Catherine Ashton, destinée à aborder l’organisation des négociations prochaines de Genève sur le nucléaire. Kerry et Zarif se sont par ailleurs à nouveau serré la main lorsqu’ils se sont retrouvés entre eux.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/lz078ec/fr;
  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.