Shadiq Khan London Market Rob Stothard/Getty Images

Londres contre l’EI

PARIS – « Je me sens tellement fier de ma ville », me lance mon interlocutrice, après l’élection de Sadiq Khan, premier maire musulman de Londres. Elle est catholique, mais se considère d’abord et avant tout britannique. Mais comme de nombreux Londoniens, elle est enchantée par le message d’espoir délivré par Khan, finalement plus fort que la peur.

L’élection de Kahn contredit nettement les dynamiques qui semblent à l’œuvre ailleurs en Occident. Les populations européennes – en Hongrie, en Pologne, et, il s’en est fallu de peu, en Autriche – sont en proie à un populisme de plus en plus radical, ouvertement xénophobe. Aux États-Unis, le sectarisme ronflant d’un Donald Trump lui a valu d’être le candidat du parti républicain aux élections présidentielles. 

Les Londoniens auraient eux aussi pu choisir l’intolérance. Ils auraient pu voter pour le candidat conservateur, Zac Goldsmith, qui n’a cessé d’accuser Khan d’entretenir des liens avec des « figures de l’islam radical ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/6WJoN4U/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.