Russie: une catastrophe nommée tuberculose

TOMSK, SIBÉRIE: L’Europe ne prête aucune attention aux problèmes de santé existant en Russie, et cela à son propre péril. C’est également le cas des autres pays industrialisés qui se sont réjoui de la chute de l’Union Soviétique mais n’ont pas trouvé de réponse à l’effondrement de l’infrastructure sanitaire et sociale russes. Car d’un tourbillon confus d’idéologie économique et de conseils parfois inopportuns est née une nouvelle forme de tuberculose pharmacorésistante, dont la propagation se montre difficile à éviter. On a fait beaucoup de cas de la chute de l’espérance de vie en Russie – de sa “crise de mortalité”. Bien que cette sinistre tendance semble s’inverser doucement, un autre problème est en train d’échapper à tout contrôle : la tuberculose. Dans plusieurs régions de Russie, de jeunes hommes contractent la maladie et en meurent à un taux plus de dix fois supérieur à celui enregistré il y a une décennie ; dans certaines zones non russes de l’ancienne URSS, la situation, encore pire, découle d’une malheureuse conjonction d’événements – qui inclue l’effondrement du système de protection sociale russe, au moment même où la petite criminalité, et donc l’emprisonnement, atteignait de nouveaux sommets. La Russie et les Etats-Unis d’Amérique ont longtemps partagé les premières places mondiales en matière d’emprisonnement. Dans un contexte de guerres et de perturbation économique, la Russie a pris la tête, et la tuberculose atteint maintenant des proportions épidémiques dans les pénitenciers et prisons russes – un prisonnier sur dix est atteint. Les victimes de la tuberculose, en particulier celle qui résiste aux médicaments, ont généralement passé du temps en prison ou ont un parent proche qui a fait l’expérience du système judiciaire russe. Comme d’autres virus transmissibles par l’air, la tuberculose pharmacorésistante ne peut être arrêtée ni par les murs d’une prison ni par les frontières. Dans l’Etat du Massachusetts, où je pratique la médecine, environ 70% des cas de tuberculose sont diagnostiqués chez des personnes nées à l’étranger. Les chiffres sont à peu près les mêmes dans toute l’Europe occidentale.

Les épidémies de ces dernières années ont un caractère fondamentalement “transnational”, comme il convient à l’ère mondiale. Mais tandis que les organismes contaminants passent facilement les frontières, la solidarité et la générosité s’arrêtent souvent à la douane. Pour l’instant, les professionnels de la santé russes ont reçu beaucoup de conseils arrogants mais peu d’aide pratique de la part de leurs collègues étrangers.

Bien sûr, la Russie doit moderniser son approche de la lutte contre la tuberculose, comme le font les médecins des autres pays. Mais faire des remontrances aux médecins russes parce qu’ils n’ont pas réussi à empêcher la propagation a peu de sens car ils ne sont pas responsables d’avoir écrasé le budget de la santé avec lequel ils doivent œuvrer. Nos collègues russes doivent bien sûr fixer des objectifs clairs et chercher à éviter le gaspillage, comme nous le faisons en Occident. Mais réduire les dépenses de santé, au beau milieu d’une épidémie, pour des raisons de “rentabilité” est absurde. Quand votre maison est en feu, décidez-vous tout à coup de faire des réserves d’eau ? Les hommes politiques russes doivent promouvoir les réformes pénales et chercher des alternatives à l’incarcération, tout comme nous le faisons. Mais amnistier des prisonniers malades sans prévoir le nécessaire pour les soigner après leur libération n’est une aide pour personne, et ne sert qu’à accélérer la propagation de la tuberculose pharmacorésistante. Après un long silence, nous commençons enfin à entendre des arguments provenant l’Europe et d’Amérique en faveur d’une aide au système de soins russe. Certains de ces arguments sont égoïstes ; nous percevons qu’il est de notre propre intérêt d’aider l’ancienne Union Soviétique dans la lutte contre cette épidémie. Certains leaders politiques font maintenant de la tuberculose une question essentielle de sécurité nationale. Mais il s’agit là d’une approche qui transforme médecins et personnels de santé en garde-frontières. Seule une minorité courageuse ose parler de solidarité et de soutien mutuel. Il est essentiel que les pays d’Amérique du Nord, la Communauté Européenne, la Scandinavie, le Japon, l’Australie – tous ceux qui se préoccupent d’arrêter une épidémie évitable absurde et dévastatrice – s’unissent, sans avoir à se justifier, pour offrir un soutien réel à ceux qui cherchent à combattre la tuberculose en Russie et dans le reste de l’ancienne Union Soviétique. Pour que cette initiative soit efficace, la communauté mondiale doit suivre un certain nombre de principes.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/yFx29fj/fr;
  1. Patrick Kovarik/Getty Images

    The Summit of Climate Hopes

    Presidents, prime ministers, and policymakers gather in Paris today for the One Planet Summit. But with no senior US representative attending, is the 2015 Paris climate agreement still viable?

  2. Trump greets his supporters The Washington Post/Getty Images

    Populist Plutocracy and the Future of America

    • In the first year of his presidency, Donald Trump has consistently sold out the blue-collar, socially conservative whites who brought him to power, while pursuing policies to enrich his fellow plutocrats. 

    • Sooner or later, Trump's core supporters will wake up to this fact, so it is worth asking how far he might go to keep them on his side.
  3. Agents are bidding on at the auction of Leonardo da Vinci's 'Salvator Mundi' Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images

    The Man Who Didn’t Save the World

    A Saudi prince has been revealed to be the buyer of Leonardo da Vinci's "Salvator Mundi," for which he spent $450.3 million. Had he given the money to the poor, as the subject of the painting instructed another rich man, he could have restored eyesight to nine million people, or enabled 13 million families to grow 50% more food.

  4.  An inside view of the 'AknRobotics' Anadolu Agency/Getty Images

    Two Myths About Automation

    While many people believe that technological progress and job destruction are accelerating dramatically, there is no evidence of either trend. In reality, total factor productivity, the best summary measure of the pace of technical change, has been stagnating since 2005 in the US and across the advanced-country world.

  5. A student shows a combo pictures of three dictators, Austrian born Hitler, Castro and Stalin with Viktor Orban Attila Kisbenedek/Getty Images

    The Hungarian Government’s Failed Campaign of Lies

    The Hungarian government has released the results of its "national consultation" on what it calls the "Soros Plan" to flood the country with Muslim migrants and refugees. But no such plan exists, only a taxpayer-funded propaganda campaign to help a corrupt administration deflect attention from its failure to fulfill Hungarians’ aspirations.

  6. Project Syndicate

    DEBATE: Should the Eurozone Impose Fiscal Union?

    French President Emmanuel Macron wants European leaders to appoint a eurozone finance minister as a way to ensure the single currency's long-term viability. But would it work, and, more fundamentally, is it necessary?

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now