Russie: une catastrophe nommée tuberculose

TOMSK, SIBÉRIE: L’Europe ne prête aucune attention aux problèmes de santé existant en Russie, et cela à son propre péril. C’est également le cas des autres pays industrialisés qui se sont réjoui de la chute de l’Union Soviétique mais n’ont pas trouvé de réponse à l’effondrement de l’infrastructure sanitaire et sociale russes. Car d’un tourbillon confus d’idéologie économique et de conseils parfois inopportuns est née une nouvelle forme de tuberculose pharmacorésistante, dont la propagation se montre difficile à éviter. On a fait beaucoup de cas de la chute de l’espérance de vie en Russie – de sa “crise de mortalité”. Bien que cette sinistre tendance semble s’inverser doucement, un autre problème est en train d’échapper à tout contrôle : la tuberculose. Dans plusieurs régions de Russie, de jeunes hommes contractent la maladie et en meurent à un taux plus de dix fois supérieur à celui enregistré il y a une décennie ; dans certaines zones non russes de l’ancienne URSS, la situation, encore pire, découle d’une malheureuse conjonction d’événements – qui inclue l’effondrement du système de protection sociale russe, au moment même où la petite criminalité, et donc l’emprisonnement, atteignait de nouveaux sommets. La Russie et les Etats-Unis d’Amérique ont longtemps partagé les premières places mondiales en matière d’emprisonnement. Dans un contexte de guerres et de perturbation économique, la Russie a pris la tête, et la tuberculose atteint maintenant des proportions épidémiques dans les pénitenciers et prisons russes – un prisonnier sur dix est atteint. Les victimes de la tuberculose, en particulier celle qui résiste aux médicaments, ont généralement passé du temps en prison ou ont un parent proche qui a fait l’expérience du système judiciaire russe. Comme d’autres virus transmissibles par l’air, la tuberculose pharmacorésistante ne peut être arrêtée ni par les murs d’une prison ni par les frontières. Dans l’Etat du Massachusetts, où je pratique la médecine, environ 70% des cas de tuberculose sont diagnostiqués chez des personnes nées à l’étranger. Les chiffres sont à peu près les mêmes dans toute l’Europe occidentale.

Les épidémies de ces dernières années ont un caractère fondamentalement “transnational”, comme il convient à l’ère mondiale. Mais tandis que les organismes contaminants passent facilement les frontières, la solidarité et la générosité s’arrêtent souvent à la douane. Pour l’instant, les professionnels de la santé russes ont reçu beaucoup de conseils arrogants mais peu d’aide pratique de la part de leurs collègues étrangers.

Bien sûr, la Russie doit moderniser son approche de la lutte contre la tuberculose, comme le font les médecins des autres pays. Mais faire des remontrances aux médecins russes parce qu’ils n’ont pas réussi à empêcher la propagation a peu de sens car ils ne sont pas responsables d’avoir écrasé le budget de la santé avec lequel ils doivent œuvrer. Nos collègues russes doivent bien sûr fixer des objectifs clairs et chercher à éviter le gaspillage, comme nous le faisons en Occident. Mais réduire les dépenses de santé, au beau milieu d’une épidémie, pour des raisons de “rentabilité” est absurde. Quand votre maison est en feu, décidez-vous tout à coup de faire des réserves d’eau ? Les hommes politiques russes doivent promouvoir les réformes pénales et chercher des alternatives à l’incarcération, tout comme nous le faisons. Mais amnistier des prisonniers malades sans prévoir le nécessaire pour les soigner après leur libération n’est une aide pour personne, et ne sert qu’à accélérer la propagation de la tuberculose pharmacorésistante. Après un long silence, nous commençons enfin à entendre des arguments provenant l’Europe et d’Amérique en faveur d’une aide au système de soins russe. Certains de ces arguments sont égoïstes ; nous percevons qu’il est de notre propre intérêt d’aider l’ancienne Union Soviétique dans la lutte contre cette épidémie. Certains leaders politiques font maintenant de la tuberculose une question essentielle de sécurité nationale. Mais il s’agit là d’une approche qui transforme médecins et personnels de santé en garde-frontières. Seule une minorité courageuse ose parler de solidarité et de soutien mutuel. Il est essentiel que les pays d’Amérique du Nord, la Communauté Européenne, la Scandinavie, le Japon, l’Australie – tous ceux qui se préoccupent d’arrêter une épidémie évitable absurde et dévastatrice – s’unissent, sans avoir à se justifier, pour offrir un soutien réel à ceux qui cherchent à combattre la tuberculose en Russie et dans le reste de l’ancienne Union Soviétique. Pour que cette initiative soit efficace, la communauté mondiale doit suivre un certain nombre de principes.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/yFx29fj/fr;
  1. Trump & Turkey ANDREW CABALLERO-REYNOLDS/AFP/Getty Images.

    A Tax Plan that’s All Stuffing?

    US President Donald Trump has set a Christmas deadline for enacting the Republican tax plan, and economic observers are virtually unanimous in judging it a turkey. A scheme that squeezes the middle class and blows out the fiscal and current-account deficits may pass, but it will never fly. 

  2. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  3. Trump at UN Drew Angerer/Getty Images

    The Dangers of Nuclear Bombast

    US President Donald Trump has refused to recertify the 2015 Iran nuclear deal, an agreement that he once predicted would "lead to a nuclear holocaust." Unfortunately, by creating more perverse incentives for hostile regimes to pursue nuclear armaments at all costs, Trump has made the nightmare scenario he fears even more likely.

  4. Adam Michnik Gallo Images/Getty Images

    Europe’s New Eastern Question

    interviews

    Insider Interview

    • With right-wing populists ascendant in Poland and Hungary, and gaining ground elsewhere in the European Union, politics in some parts of the West looks increasingly like politics in Russia.

    • Sławomir Sierakowski, Director of the Institute for Advanced Study in Warsaw interviews Adam Michnik, one of the intellectual architects of Solidarity and of the transition from communism in Central Europe, on Europe's illiberal turn.
  5. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  6. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  7. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.