efaultclLes avancées et les reculs de la Russie

Quinze ans après l’effondrement et la dislocation de l’Union soviétique, la Russie correspond toujours à la remarque que fit Winston Churchill il y a près de soixante-dix ans à propos de l’URSS de Staline : « un rébus enveloppé de mystère au sein d’une énigme ».

Au cours des présidences de Boris Eltsine dans les années 90 et de Vladimir Poutine aujourd’hui, la Russie s’est ouverte aux échanges commerciaux internationaux, aux investissements étrangers, au tourisme, aux médias et à l’Internet. Contrairement à l’Union soviétique, la fédération de Russie publie aujourd’hui un volume important d’informations économiques, sociales et démographiques (même si elles ne sont pas toujours fiables).

Parmi les économies dites « de transition », la Russie est la deuxième en importance, avec un PIB environ égal à un cinquième de celui de la Chine, mais équivalent à près du double par tête. Il est toutefois malaisé de situer la Russie dans l’éventail des économies de transition. Va-t-elle vers une économie axée sur le marché, avec des prises de décisions et une allocation des ressources décentralisées ou vers une économie étatique et des prises de décisions et une allocation des ressources centralisées ? Ou oscille-t-elle entre les deux ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/pX4eieV/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.