La cible mouvante des élections russes

Il n’y a pas longtemps, un petit événement a causé de grands remous dans la sphère politique russe. Un aide du président Vladimir Poutine, Igor Chouvalov, a dit qu’il était réaliste de s’attendre à l’apparition d’une nouvelle personnalité que Poutine considérerait comme un successeur potentiel. L’annonce a fait l’effet d’une bombe, et a produit une explosion de commentaires.

Il n’y a rien d’étrange à cela. La politique quelque peu archaïque de la Russie personnifie excessivement le pouvoir. Les perceptions et les estimations de l’avenir du pays dépendent souvent beaucoup de la personnalité de son chef d’État, de sa détermination, et de ses qualités intellectuelles et morales.

En outre, Poutine lui-même trouve un intérêt à entretenir aussi longtemps que possible l’incertitude quant à celui qui lui succédera. En agissant ainsi, il évite les brèches à son autorité qui adviendraient en attendant que soit investi son successeur, étant donné la servilité de la bureaucratie de la Russie, son manque d’institutions fiables et de traditions de passation de pouvoirs en douceur.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/ABdPoeO/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.