0

L'impérialisme économique de la Russie

L'utilisation du gaz russe comme arme économique et politique contre l'Ukraine a soulevé beaucoup d'inquiétude en Occident. Mais la pression que la Russie exerce sur la Géorgie n'attire guère l'attention, alors qu'elle est bien plus marquée.

Comme dans le cas de l'Ukraine, le président russe Poutine cherche à mettre en œuvre la doctrine de "l'empire libéral" présentée en octobre 2003 par Anatoli Chubais, le président de la compagnie russe Systèmes d’Energie Unifiés (RAO UES), qui dispose du monopole dans le secteur de l'énergie en Russie. D'après lui, la Russie n'aura jamais sa place au sein de l'OTAN ou de l'Union européenne, aussi doit-elle devenir un empire à elle toute seule.

Elle peut y parvenir au moyen de ses différents monopoles publics et privés - leur dimension et leur poids financier est considérable - pour contrôler les principales industries et institutions économiques des ex-républiques soviétiques. Ils peuvent lui servir de tremplin pour assurer sa domination politique. Selon Chubais, l'empire qui va en résulter va être libéral, car sa construction va reposer sur la puissance de l'argent et non sur celle des tanks.

La Russie a mis en œuvre la première étape de ce plan dans le sud du Caucase, tout d'abord contre l'Arménie, son partenaire stratégique dans la région. Le gouvernement de Poutine a exigé de ce pays le remboursement d'une dette 93 millions de dollars, que ce soit en liquide ou sous forme d'actions des principales industries de l'Arménie. Etranglée financièrement, l'Arménie n'a pas eu d'autre solution que de céder des titres, ce qu'elle a fait en 2002 en signant un traité intitulé en toute franchise "Des biens en échange de la dette", une réminiscence de l'infâme troc "dette contre des actions" des années Eltsine (une autre invention de Chubais) qui a donné naissance à l'oligarchie russe.