0

La Russie va-t-elle dominer l'Europe grâce au pétrole ?

Que vous ayez une petite voiture européenne ou un tout-terrain américain, pour chaque plein d'essence, vous payer au moins l'équivalent d'un mois de salaire d'un maître d'école russe. Vous contribuez ainsi à subventionner un régime qui s'appuie sur la vente d'énergie, mais pas sur l'information, comme atout principal. Vous financez un système inefficace et archaïque, et peut-être pire encore, vous collaborez avec un système politique diabolique.

La Russie a débuté l'année - son année de présidence du G8 - en entamant une guerre du gaz avec l'Ukraine. Ayant pratiquement le monopole de l'approvisionnement de ce pays, la Russie a estimé qu'elle pouvait décider des prix à sa convenance. Mais l'Ukraine a pratiquement le monopole des livraisons, aussi la Russie a cédé aussitôt que les livraisons de gaz vers l'Europe de l'Ouest ont baissé. L'économie moderne ne repose pas sur le monopole mais sur la concurrence. Les Russes consomment aujourd'hui des produits qui participent à la compétition sur les marchés : des céréales de Nestlé, des Mercedes, des films produits par Hollywood. Le problème, c'est qu'ils ne les produisent pas eux-mêmes.

Les Russes payent leur consommation avec les bénéfices réalisés sur les ventes de gaz et de pétrole. Des sociétés nationalisées et des multinationales extraient le pétrole russe pour le vendre en Europe et en Amérique du Nord. Le gouvernement redistribue une partie des bénéfices en prélevant des taxes et en versant des salaires. Le prix du gaz est à la hausse et les salaires des Russes également, ce qui alimente l'inflation, car hormis le gaz et le pétrole, les Russes ne produisent pas grand chose. Pour éviter l'inflation, le gouvernement verse une partie importante des bénéfices engrangés dans un Fonds de stabilisation.

Mais comme le Kremlin n'a pas confiance dans ses propres valeurs boursières, le Fonds de stabilisation investit dans des titres occidentaux. Ainsi, le gouvernement perd une occasion de moderniser les villes, les routes, les hôpitaux et les universités de Russie. Mais l'inflation augmente et les prix de l'immobilier sont à la hausse. Les taux de crédit dans ce secteur sont exorbitants. Aucun fonctionnaire, militaire ou enseignant ne peut songer à acheter ne serait-ce qu'un modeste appartement, sauf à disposer d'une source de revenu supplémentaire - souvent illégale - ce qui n'est pas le cas pour la grande majorité.