9

La bataille pour la Russie

PARIS – Lorsque j’ai appris la nouvelle de l’assassinat du politicien russe Boris Nemtsov à Moscou, une conversation que j’avais eue avec un dignitaire du régime soviétique avant la chute du Mur de Berlin m’est revenue à l’esprit.

Nous marchions seuls dans le parc de Versailles, évoquant en termes généraux le XXe siècle et ses tragédies, lorsque mon interlocuteur a soudainement lâché une phrase qui est restée gravée dans ma mémoire. « Les Russes ont plus souffert durant ce siècle que tout autre peuple » dit-il. « Aucun autre pays n’a eu à déplorer autant de morts pendant la Première et la Seconde guerres mondiales. Mais c’est le pouvoir soviétique qui, par une combinaison de purges et de famines provoquées, a plus tué de citoyens russes que tous les ennemis de la Russie combinés ».

La tragédie de la Russie est qu’elle est autant une menace pour elle-même qu’elle l’est pour ses voisins. Alors que l’Europe est engagée dans une confrontation avec le président russe Vladimir Poutine au sujet de l’Ukraine, une bataille plus vaste et en fin de compte plus importante se déroule en Russie même, une bataille qui oppose la riche culture séculaire du pays à la cruelle propension au mensonge politique du gouvernement.

Compte tenu de la nature du régime de Poutine, il est peu probable que nous sachions un jour la vérité concernant le meurtre de Nemtsov. Mais il est impossible de ne pas envisager, en réfléchissant à cette affaire, que le Kremlin soit d’une manière ou d’une autre impliqué dans cet assassinat, directement ou indirectement.