Putin dans le déni

WASHINGTON, DC – Alors que 2014 touchait à sa fin, une énorme crise financière a éclaté en Russie. Les prix du pétrole avaient chuté de près de moitié depuis la mi-juin, et le rouble a plongé en décembre, terminé l'année par une diminution du même ordre de grandeur. Les réserves internationales de la Russie ont chuté de 135 milliards de dollars et l'inflation a atteint deux chiffres. Les choses ne vont faire qu'empirer.

Le prix actuel du pétrole va forcer la Russie à réduire ses importations de moitié – ce qui, avec la hausse continue de l'inflation, diminuera considérablement le niveau de vie des Russes. Si vous ajoutez à cela la corruption qui ne cesse de s’aggraver et un gel sévère de la liquidité, un effondrement financier, accompagné d'une baisse de 8 à 10% de la production, semble probable.

La capacité de la Russie à traverser sa situation actuelle repose sur son puissant président, Vladimir Poutine. Mais Poutine continue à refuser d’agir ; en fait, jusqu'à présent, il a prétendu qu'il n'y a aucune crise du tout. Dans ses deux grandes apparitions publiques en décembre, Poutine a simplement parlé de la « situation actuelle ». Dans son message de vœux du Nouvel An, il s’est vanté de l'annexion de la Crimée et du succès des Jeux olympiques d'hiver à Sotchi, en évitant soigneusement toute référence à l'économie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/vglVGH0/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.