0

La Russie débat de son avenir

YAROSLAVL – Il se dit souvent qu’il manque à la Russie une société civile. Mais elle compense partiellement cette lacune par une sphère publique particulièrement intéressante au sein de laquelle sont débattues des questions extrêmement sérieuses, et où les personnalités ne sont pas réduites aux bribes retransmises par la télévision.

Deux réunions successives de groupes politiques russes majeurs ont eu lieu dans la première quinzaine de septembre : le Club d’échange Valdai et le Forum Politique Global. Le premier se déroulât sur un bateau et se conclut par un dîner en présence du Premier ministre Vladimir Poutine à Sotchi, au bord de la mer Noire. Le second, à Iaroslavl, se conclut par un symposium en présence du Président Dmitri Medvedev. Des universitaires, des intellectuels, et des journalistes (Russes et étrangers) se sont donc réunis avec des dirigeants politiques et des hommes d’affaires afin de discuter de l’avenir de la Russie.

Trois éléments ont donné à ces évènements un caractère inhabituel et d’une manière typiquement russe. Le premier est l’incroyable intérêt médiatique que ces réunions ont soulevé. Le plus discret des universitaires a en effet pu se voir propulsé soudainement en star de la télévision russe.

Le second élément fut la volonté de Poutine et de Medvedev d’accepter de débattre publiquement avec des experts sur le terrain intellectuel de ces derniers. A ma connaissance, le seul dirigeant politique occidental récent ayant suffisamment d’assurance pour ce genre d’exercice était Bill Clinton.