52

L’année 1937 plus que jamais d’actualité

NEW HAVEN – La dépression provoquée par le krach boursier de 1929 prendra un virage catastrophique huit années plus tard. La reprise ne sera possible que grâce à une dynamisation économique considérable engendrée par la Seconde Guerre mondiale, conflit qui coûtera la vie à plus de 60 millions de personnes. À l’heure où surviendra enfin la reprise, la majeure partie de l’Europe et de l’Asie ne sera plus qu’un tas de ruines.

Bien que le contexte mondial actuel soit sans commune mesure avec l’horreur de cette période, plusieurs parallèles peuvent être avancés, notamment par rapport à l’année 1937. Aujourd’hui comme à l’époque, les citoyens sont depuis longtemps déçus, et pour beaucoup plongés dans la détresse. Ils s’inquiètent désormais beaucoup plus de leur avenir économique à long terme. Or, cette inquiétude est susceptible d’engendrer de graves conséquences.

L’impact de la crise financière de 2008 sur les économies ukrainienne et russe pourrait bien par exemple avoir en fin de compte contribué au conflit qui y fait rage depuis peu. D’après le Fonds monétaire international, l’Ukraine et la Russie ont toutes deux enregistré une croissance spectaculaire entre 2002 et 2007 : au cours de ces cinq années, le PIB réel par habitant a augmenté de 52 % en Ukraine et de 46 % en Russie. Cette dynamique appartient désormais au passé : la croissance du PIB réel par habitant n’a atteint que 0,2 % en Ukraine l’an dernier, pour seulement 1,3 % en Russie. Le mécontentement suscité par cette déception pourrait bien en partie expliquer la colère des séparatistes ukrainiens, l’irritabilité des Russes, ainsi que les décisions d’annexion de la Crimée et de soutien des séparatistes de la part du président russe Vladimir Poutine.

Il existe un nom au désespoir qui alimente cette colère apparue depuis la crise financière – et pas seulement en Russie et en Ukraine – à savoir le terme de « nouvelle norme, » formule popularisée par le fondateur du géant obligataire PIMCO, Bill Gross, en référence à l’érosion des perspectives de croissance économique à long terme.