1

Le libre-échange éternel

NEWTON, MASSACHUSETTS – Le 7 décembre dernier, les représentants des 159 États membres de l’Organisation mondiale du commerce sont parvenus à s’entendre sur le premier accord commercial multilatéral depuis la création de l’OMC il y a 19 ans. Bien que cet accord de facilitation des échanges – baptisée « paquet de Bali » en référence à l’île indonésienne sur laquelle s’est tenue la réunion – n’appréhende pas les problématiques commerciales les plus pressantes dans la relation Nord-Sud, il constitue bel et bien le franchissement d’une étape économique et politique importante.

Ce paquet de Bali a pour vocation de faire en sorte que les membres de l’OMC s’orientent vers un abaissement des barrières non tarifaires au commerce – en établissant par exemple un certain nombre de réglementations douanières plus transparentes, ainsi qu’en allégeant la documentation administrative associée aux échanges commerciaux. Bien que ces changements puissent s’apparenter à de menus détails, l’impact de cet accord – censé enrichir de 1 000 milliards $ la production mondiale, et créer quelque 21 millions d’emplois à travers le monde – n’en demeure pas moins substantiel.

Certaines critiques reprochent à cet accord d’échouer à répondre aux objectifs énoncés dans le cadre du Programme de Doha pour le développement mis en avant par l’OMC en 2001. Il convient néanmoins de rappeler que ces objectifs – parmi lesquels un meilleur accès en matière d’agriculture, de secteur manufacturier et de services, une clarification des règles commerciales internationales, ou encore une avancée dans l’appréhension des problématiques environnementales existantes – se révélaient excessivement ambitieux. La conclusion du modeste paquet de Doha s’est elle-même avérée un exercice délicat, ayant nécessité une journée de négociations supplémentaire pour parvenir à un accord sur des questions contentieuses telles que les subventions agricoles indiennes et l’embargo américain de Cuba.

La libéralisation des échanges commerciaux connaît pour autant aujourd’hui un essor significatif. Il suffit d’observer l’envergure et la portée impressionnante des accords commerciaux multilatéraux faisant actuellement l’objet de négociations – Partenariat transpacifique, Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, ou encore Accord sur le commerce des services.