La mauvaise mesure de la technologie

CAMBRIDGE – Il n’y a rien de mieux qu’un discours flou pour provoquer des ravages – ou faciliter un consensus. Ludwig Wittgenstein prétendait que les énigmes philosophiques ne sont que le résultat d’un mauvais usage du langage. Par contre, l’art de la diplomatie est de trouver les mots qui permettent de masquer les désaccords.

Une des idées qui rallie presque l’ensemble des économistes est qu’au delà des richesses minérales, la plupart des énormes différences de revenus entre les pays pauvres et les pays riches n’est attribuable ni au capital, ni à l’éducation, mais bien plutôt à la « technologie. » Mais alors, qu’est-ce donc que la technologie ?

La réponse explique l’inhabituel consensus entre les économistes, car la « technologie » se mesure comme une catégorie que l’on pourrait appeler « rien de tout cela, » un résidu – ou « productivité totale des facteurs » selon le prix Nobel Robert Solow - qui demeure inexpliqué une fois pris en compte d’autres facteurs de production comme le capital physique et humain. Comme l’avait noté Moses Abramovitz en 1956, ce résidu n’est rien d’autre qu’une « mesure de notre ignorance. »

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/e9xxT2x/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.